News Blooming

Blooming met en place la norme NF X32-001 – Démarche biodiversité des organisations

Dans le cadre de ses engagements pour la biodiversité, Blooming s’applique la norme AFNOR NF X32-001 – Démarche biodiversité des organisations

Blooming et sa démarche biodiversité

La perte de biodiversité observée ces dernières décennies est une menace majeure pour l’équilibre des écosystèmes et remet en cause de nombreux services rendus par la nature aux populations et aux entreprises.

La vocation de Blooming est d’accompagner les entreprises dans la prise en compte et la valorisation de l’enjeu biodiversité : nous aspirons à préserver la diversité du vivant et à aider les autres acteurs à s’y engager.

Blooming a fait le choix de s’appliquer la norme « NF X32-001 – Démarche biodiversité des organisations », dans l’optique de cadrer sa propre démarche biodiversité en adoptant un plan d’action adapté, dont les résultats seront suivis régulièrement. L’objectif est de structurer une prise en compte systématique de la biodiversité dans notre fonctionnement.

Qu’est-ce que la norme NF X32-001 ?

Cette norme propose un cadre et une méthode pour les organisations qui souhaitent intégrer la biodiversité à leurs objectifs de développement. Elle décrit la marche à suivre pour établir des actions concrètes pour la biodiversité, en impliquant toutes les parties prenantes concernées.

Un projet biodiversité bien construit, en adéquation avec la norme NF X32-001, est porté par la direction et implique tous les salariés. Il est également nécessaire de désigner une personne ou une équipe responsable de la mise en œuvre et du suivi de la démarche au-devant de la direction de l’organisation.

L’application de la norme passe par un état des lieux des dépendances et impacts sur la biodiversité, qui sert à définir des objectifs SMART1. Ceux-ci sont mesurés régulièrement à l’aide d’indicateurs pertinents. Les résultats de ces indicateurs sont communiqués à la direction et à l’ensemble des parties prenantes, selon une fréquence a minima annuelle. Lorsqu’il existe, le rapport de développement durable (RSE) publié par l’organisation doit contenir des éléments sur les objectifs et performances de l’organisation en lien avec cette norme.

Quels objectifs pour Blooming ?

Faisant appel à son expertise interne, Blooming a identifié les enjeux majeurs sur lesquels agir en termes de biodiversité à partir des cinq grands facteurs d’érosion de la biodiversité². Pour répondre à ces enjeux, nous nous sommes fixé huit grands objectifs, qui seront mesurés mensuellement par plusieurs indicateurs.

Ces objectifs sont les suivants :

Objectif 1 : Réduire notre empreinte environnementale numérique

Le numérique est un secteur à fort impact environnemental et représente une grande part des impacts des entreprises de services qui, comme Blooming, n’exploitent pas directement les ressources naturelles.

Par exemple, parmi les actions pour réduire son impact numérique, Blooming invite ses collaborateurs à utiliser une messagerie instantanée écoresponsable, qui finance la restauration d’écosystèmes à hauteur du nombre de messages envoyés. Le taux de collaborateurs utilisant cette messagerie fait partie des indicateurs choisis par Blooming pour mesurer l’atteinte de cet objectif.

Objectif 2 : Réduire notre empreinte carbone et notre dépendance aux énergies fossiles

Le changement climatique est le troisième facteur d’érosion de la biodiversité ; à ce titre, il est essentiel de limiter son impact sur le climat. Ainsi, notre entreprise encourage par exemple ses collaborateurs :

  • à se déplacer en mobilités douces, avec la mise en place d’un forfait mobilité durable ;
  • à minimiser l’usage de la climatisation, notamment en équipant les bureaux de ventilateurs.

Plusieurs indicateurs ont été choisis pour évaluer l’impact sur le changement climatique de ces différents postes d’émissions, notamment le calcul des émissions de carbone liées aux trajets domicile-travail de nos collaborateurs.

Source : Unsplash
Objectif 3 : Réduire notre contribution à la pollution

Les pollutions, notamment plastiques, sont un réel danger pour la biodiversité, et il est important d’agir pour les réduire. A titre d’exemple, Blooming a procédé à l’achat de capsules café réutilisables et a établi un indicateur : « Nombre de capsules café jetables utilisées chaque mois dans l’entreprise ». La cible de cet indicateur est zéro.

Capsules à café réutilisables – Source : cnews.fr
Objectif 4 : Engager l’entreprise à soutenir des opérations en faveur de la biodiversité

Afin de démontrer son engagement pour la préservation et la restauration de la biodiversité, Blooming a choisi des indicateurs comme le montant annuel de dons pour des actions de préservation et/ou restauration de la biodiversité.

Objectif 5 : Développer les compétences et connaissances liées à la biodiversité

Il est important pour une entreprise de former et sensibiliser ses collaborateurs aux enjeux de biodiversité. Blooming considère que ses propres collaborateurs, consultants qui traitent du sujet quotidiennement avec leurs clients comme occupants de  fonctions supports, ne doivent pas déroger à cette règle. Leurs connaissances et expertises doivent s’inscrire dans une démarche de progrès constant, en phase notamment avec les évolutions scientifiques, réglementaires et méthodologiques sur le sujet.

Nous avons ainsi choisi des indicateurs pour évaluer le développement des compétences et connaissances de nos collaborateurs en lien avec la biodiversité, comme le taux de collaborateurs ayant suivi une formation ou un MOOC sur la biodiversité dans l’année.

UICN Marseille
Intervention de Blooming au Congrès Mondial de la Nature de l’UICN
Objectif 6 : Réduire notre contribution à la surexploitation des ressources alimentaires

L’alimentation est l’une des causes principales de surexploitation des ressources naturelles et de déforestation. Pour réduire sa contribution à la surexploitation des ressources alimentaires lors de ses événements d’entreprise, Blooming a établi certains objectifs, mesurés par des indicateurs tels que :

  • la part de repas végétariens lors d’événements d’entreprise ;
  • la part d’événements d’entreprise faisant appel à des produits bio.
Objectif 7 : Réduire notre contribution à la surexploitation des ressources non alimentaires

En plus d’agir sur le choix de ses ressources alimentaires, Blooming s’engage à limiter son impact en termes de surexploitation des ressources non alimentaires, par exemple en évaluant la part des achats de papeterie en papier recyclé, qui fait partie des indicateurs choisis pour cet objectif.

Objectif 8 : Réduire notre contribution au changement d’usage des sols

Le changement d’usage des sols étant le premier facteur d’érosion de la biodiversité, Blooming a choisi d’évaluer la réduction de son impact en termes de changement d’usage des sols grâce à des indicateurs comme la surface en m² mobilisée par jour et par collaborateur pour le travail. Grace à un taux de 50% de télétravail, nous partageons une partie de nos bureaux avec une autre entreprise permettant de limiter le recours au foncier.

Suivi des performances

Grâce à ses outils de suivi, développés en interne, Blooming effectuera, tous les ans, un reporting de ses résultats et communiquera sur l’atteinte de chacune de ses cibles, via des rapports publiés sur son site internet et partagés sur sa page LinkedIn.

Au-delà de Blooming, une norme utile à toute organisation

Etablie en janvier 2021, cette norme X32-001 est récente et sa mise en place encore peu répandue. Elle constitue pourtant un véritable vecteur d’attention et de progrès pour les organisations souhaitant s’engager pour la nature, au-delà de leur empreinte climatique.

Nous nous tenons à disposition de toute organisation souhaitant s’inscrire dans cette démarche ; vous pouvez nous contacter à l’adresse contact@blooming-strategy.com ou via notre formulaire de contact.


1 SMART : spécifiques, mesurables, ambitieux, réalistes, temporellement définis. Les objectifs SMART doivent donc être précis et clairement définis dans le temps, inclure une cible facilement mesurable, qui soit ambitieuse mais qui doit rester réaliste.

² Par ordre d’importance, les cinq grands facteurs d’érosion de la biodiversité sont : le changement d’usage des sols, la surexploitation des ressources naturelles, le changement climatique, les pollutions, et les espèces exotiques envahissantes.

A lire également